SRI LANKA

Apporter éducation, santé et espoir aux familles de la plantation de caoutchouc et de thé Doloswala.

Le thé et le caoutchouc constituent une partie importante de l’économie et de l’histoire du Sri Lanka. Patricia a vécu dans la plantation de caoutchouc et de thé Doloswala pendant 4 mois. Ce domaine comprend 10 villages répartis à travers la plantation. Elle était très heureuse d’avoir pu rencontrer le père Jeewantha à Colombo. Il l’a invitée à venir visiter Doloswala pendant quelques jours et pour voir le travail qu’il y accomplit. Il a créé sa propre organisation humanitaire appelée Anawin, ce qui signifie pauvre, affligé, humble, faible.

Leur mission est de rendre la communauté du village forte et indépendante afin qu’elle puisse devenir une source d’inspiration pour les 9 autres villages de la plantation. Leurs objectifs sont de dispenser de la formation en nutrition et hygiène, d’améliorer les pratiques agricoles, de donner un meilleur accès aux cliniques médicales, etc. Il n’est là-bas que depuis novembre 2018 mais a déjà apporté beaucoup d’espoir et d’amour au village. Il a également créé un programme de bourses pour venir en aide aux enfants les plus vulnérables des 10 villages de la plantation. La Fondation Godley est très fière de pouvoir travailler aux côtés de quelqu’un comme le père Jeewantha et il est évident que l’amélioration des conditions de vie de cette communauté est sa priorité et qu’il a les gens à cœur.

Les travailleurs des plantations de caoutchouc et de thé sont exclusivement des Tamouls. Les Tamouls ont été amenés d’Inde au Sri Lanka au 19ème siècle par les Britanniques. Dans ces plantations, le niveau de vie est inférieur à la moyenne nationale:

  • ils vivent avec environ 500 roupies par jour (3,80 dollars canadiens)
  • la malnutrition est généralisée,
  • le taux de suicide est parmi les plus élevés en Asie,
  • l’éducation de base accuse un retard par rapport au reste du pays (il est difficile d’assurer un enseignement de qualité car les plantations sont situées dans des zones reculées, ce qui fait que les candidats qualifiés hésitent à aller enseigner dans ces régions),
  • le cycle de la pauvreté entraîne les enfants qui abandonnent l’école pour subvenir aux besoins de la famille en travaillant pour la plantation,
  • l’alcoolisme et la violence domestique sont courants.

Les systèmes sociaux en place empêchent les membres des familles de la plantation de progresser car, étant considérés comme inférieurs et peu compétents, ils sont victimes de discrimination lorsqu’ils recherchent un emploi.

Pendant les 4 mois que Patricia a passés là-bas, son temps et son énergie ont principalement été consacrés aux enfants, à l’enseignement de l’Anglais, à des jeux, etc. Elle s’est fait de très bons amis, comme le père Jeewantha, Sœur Priscilla, Pubudu et tous les enfants. Elle était réellement inspirée par eux et c’était une véritable bénédiction de pouvoir passer ses journées avec tous ces êtres magnifiques.

ANAWIM – INFOLETTRE

Vous voulez en savoir plus sur Anawim et le travail accompli par le Père Jeewantha? Lisez leur infolettre:

Première édition Seconde édition

projets suivants

Pour l’année qui vient, la Fondation Godley serait ravie d’obtenir votre soutien pour poursuivre les projets suivants:

Avec quelques-unes des mères et des grands-mères, nous avons déterré les énormes pierres en arrière de l’église et planté des légumes. Les grand-mères ont travaillé particulièrement fort et nous ont étonnés par leur force et leur résilience. Nous aimerions développer le jardin et organiser des ateliers sur la nutrition. Pendant le séjour de Patricia là-bas, elle a remarqué que 80% de leur diète est constitué de riz blanc.


Enseignement quotidien de l’Anglais: au début, la classe n’attirait qu’un petit groupe de 8 à 10 enfants, mais avec le temps, à mesure que le mot se répandait, Patricia s’est retrouvée parfois seule avec 40 enfants, et ils lui ont beaucoup appris pendant ces quatre mois. Nous avons quelques livres et quelques jeux, mais nous espérons développer une bibliothèque afin de pouvoir inculquer l’amour de la lecture aux enfants.


Cours privés pour Ashan: Ashan est un garçon charmant qui se déplace en fauteuil roulant et ne va pas à l’école. Patricia allait donc lui rendre visite pour pratiquer l’Anglais, lui donner des leçons de maths et jouer aux échecs. Quand elle l’a rencontré pour la première fois, il ne voulait pas sortir de sa chambre. Puis la fois suivante, il s’est caché derrière le rideau. La fois après cela, il n’a pas du tout parlé. La fois suivante, il a chuchoté et finalement, au moment où Patricia est partie, il riait, parlait et cherchait des excuses pour expliquer pourquoi il n’avait pas fait ses devoirs. L’idéal serait d’engager un tuteur pour venir lui enseigner une ou deux fois par semaine.


Plantation d’arbres autour du temple hindou. Nous aimerions créer un petit jardin pour les enfants hindous autour du temple. Patricia a remarqué que le kovil était assez peu entretenu. Avec les enfants, elle a donc passé une journée à nettoyer et à préparer un barbecue au temple: une chose à noter à propos de ces enfants, c’est qu’ils savent tous cuisiner. Ils ont ensuite planté des manguiers.


Nous avons commencé le processus de création d’un atelier de couture: nous avons seulement eu la chance d’en discuter avec les femmes et de trouver un enseignant, mais avec les bombardements, tout a été interrompu. Nous avons besoin d’aide pour engager un formateur et acheter du matériel.


Lorsque Patricia a rencontré les enfants pour la première fois, l’une des questions qu’elle leur a posées était la suivante : « Quelle est votre matière scolaire préférée? ». Et presque tous répondu que c’était les mathématiques. Au début, elle pensait avoir atterri dans un village au cas très particulier, mais elle a vite compris que l’école locale n’avait pas de professeur de mathématiques. Nous espérons donc récolter des fonds pour engager un professeur de mathématiques (24 000 roupies par mois).


Anawim offre un programme de bourses pour certains enfants plus défavorisés. Cependant, il s’agit de plus que de faire un don. Nous souhaitons que vous appreniez à connaître cet enfant et que vous alliez même lui rendre visite. Anawim, tout comme la Fondation Godley, met l’emphase sur le partage, et nous pouvons vous promettre que si vous « parrainez » l’un de ces merveilleux enfants, il partagera tout avec vous. Il vous guérira par ses éclats de rire, il vous aimera avec ses sourires, il vous réconfortera avec ses yeux.


Clinique médicale: en visitant les foyers des familles du village, Patricia a constaté que de nombreux aînés avaient des problèmes de vision. Nous aimerions mettre en place une clinique médicale dans le village, car la majorité des habitants ne peuvent pas quitter leur domicile ou n’ont pas les moyens de payer des soins médicaux.

GALLERIE DE PHOTOS